Autosuggestion ou manipulation

Au fond, le constructivisme constate simplement que les gens sont influençables et que cette influence façonne notre perception et notre interprétation de la réalité. Le contenu de notre esprit et l’état de notre âme déterminent la manière dont nous construisons la réalité pour nous-mêmes.

Pour simplifier, le magicien et l’initié diront que l’homme peut s’influencer lui-même par autosuggestion et qu’il peut aussi se laisser suggérer quelque chose par l’esprit d’autrui (mass media, etc.), ce qui façonne sa perception de la réalité et influence ses propres capacités. Nous pouvons devenir plus forts ou plus faibles sous cette influence, plus conscients ou plus émoussés dans notre perception, etc.

L’initié

Mais le véritable initié n’est pas un constructiviste, car il sait par expérience qu’il n’y a qu’une seule vérité absolue, le soleil, Dieu. L’initié sait qu’il existe une source, une lumière, notre héritage divin, qui rayonne plus ou moins en chaque être humain et éclaire sa conscience. Il y a un soleil de vérité en lui. Si ce soleil brille et n’est pas obscurci par les éventuels nuages produits par son mental, cette lumière surnaturelle révèle à l’homme les dimensions transcendantes de la vie (sphère des causes, objectivité, conscience transcendante).

Wikimedia Public Domain / Transcendance

Le véritable initié a fait l’expérience, en alignant son être sur le divin en lui ou en entrant en résonance avec lui, que cette lumière surnaturelle a commencé à rayonner en lui, illuminant ainsi sa conscience, de sorte qu’il commence à percevoir et à comprendre la sphère des causes de la vie (Akasha, Dieu, monde des idées platoniciennes…).

L’illuminé ne peut que déplorer la simplicité et l’apostasie des constructivistes, car il sait que leur auto-évaluation et leur auto-autonomisation vous empêchent durablement d’accéder à la connaissance par révélation de Dieu.

Celui qui se consacre à Dieu comprend qu’il doit utiliser les forces de sa pensée et de son âme pour s’influencer de manière à devenir réceptif au divin et donc à l’unique vérité en toute chose.

Lorsque le divin commence à s’éveiller en nous, nous voyons les choses avec les yeux de Dieu grâce au Saint-Esprit. Nous commençons à voir la vérité parce que la lumière qui “éclaire l’espace de notre conscience” nous révèle la sphère des causes.
Nous commençons à voir et à comprendre “l’idée platonicienne” en toute chose, c’est-à-dire l’intention de Dieu. Le divin influence désormais notre conscience et ce n’est pas nous qui façonnons notre réalité de la réalité par le biais du mental. Il nous est révélé ce que nous ne pourrions pas construire nous-mêmes, mais que nous pourrions tout au plus bâtir. Cette lumière, celle de l’Esprit de Dieu, nous révèle la vérité sur tous les êtres et l’intention de Dieu dans la création. Cette lumière nous permet de comprendre la finalité de toute chose.

Wikimedia Domaine public
Filioque

L’objectif de l’épopée aérienne

Pourquoi celui qui cherche l’initiation pratique-t-il le contrôle et la maîtrise de la pensée pendant des années ? C’est vrai, pour pouvoir un jour faire taire ses pensées et obtenir le silence de la pensée ? Même le terme “obtenir” est en réalité faux, car en réalité il entre en résonance avec les sphères transcendantes de la conscience divine.
Fait-il taire ses pensées pour ensuite se forger sa réalité ou fait-il taire ses pensées pour obtenir ou recevoir une perception transcendante de la réalité ? Il suspend ses pensées pour rechercher s’il existe une “superconscience transcendante, englobante et pénétrante, c’est-à-dire la conscience de Dieu”. Il fait taire ses pensées pour aller au-delà de la perception subjective de son mental et de ses sens physiques. Il fait taire ses pensées pour permettre la révélation spirituelle.

Domaine public / Swami Vivekananda

Les constructivistes sont des acrobates du cerveau qui se ligotent et se bandent les yeux par leur vision matérialiste et égocentrique du monde, de sorte qu’ils ne sont jamais réceptifs au miracle de la révélation de la transcendance de Dieu, enivrés par leur sagesse acrobatique. En réalité, ils s’élèvent eux-mêmes et créent leurs réalités illusoires, au lieu de devenir silencieux et vides, afin de se rapprocher de Dieu et de devenir réceptifs à la conscience de Dieu.

La véritable tâche à l’époque de l’air consiste à maîtriser l’élément air. Cela culmine dans le pouvoir sur notre pensée, avec pour objectif le silence de la pensée, sur lequel s’effectue le développement de nos sens spirituels supérieurs. Nous développons une forme supérieure de communication mentale. L’omniscience, car partout où nous plaçons notre conscience, nous prenons conscience de l’idée divine de l’être ou de l’objet.

L’objectif de l’épopée aérienne est de former à la télépathie, à la clairaudience et à la clairvoyance. Donc le développement des sens spirituels supérieurs chez l’homme, afin de communiquer avec toutes les sphères célestes et leurs êtres (air), ainsi que de percevoir des dimensions supérieures de la vie. Il s’agit de se préparer à être réceptif à la révélation divine.
L’ère de l’air révèle à l’homme des dimensions supérieures de la vie, une conscience élargie, par le biais du vagabondage mental et de la télépathie, à condition qu’il prenne le pouvoir sur sa pensée, plutôt que de s’identifier à ses pensées et à son mental. L’objectif de l’Époque aérienne est d’éduquer au silence de la pensée afin que nous puissions participer à la conscience transcendante de Dieu par la révélation grâce à l’Esprit Saint.

Source : Commons Wikimedia Public Domain
Esprit Saint

Le sentier satanique à gauche

Celui qui conseille à l’homme d’utiliser l’époque aérienne pour s’adapter aux circonstances de la vie, de façonner et de construire la réalité à l’aide de son mental et de ses forces spirituelles (basse magie), afin de pouvoir utiliser les circonstances à son profit (magie noire), enseigne en réalité à l’homme la voie satanique, même s’il n’en est peut-être pas conscient.
Le constructivisme et sa vision du monde rendent l’homme sourd à l’Esprit Saint et aux révélations de Dieu sur le monde transcendant et la conscience. Le constructivisme élève des personnes orgueilleuses qui relativisent tout et ne savent plus distinguer le bien du mal, car leur relativisme les éloigne de plus en plus de la vérité. La lumière divine ne flotte plus que faiblement dans leur esprit. La lumière divine n’éclaire pas leur esprit pour une perception transcendante de la réalité de Dieu. La glande pinéale s’atrophie et se calcifie.

Avec le constructivisme, l’homme scelle son destin en se coupant du divin en lui.
La relativisation de toutes les valeurs dans le constructivisme fait que chacun peut affirmer qu’il est aussi bien qu’il est et qu’il n’y a ni idéal ni péché. Il n’y a pas de Dieu, pas d’origine de la vie, pas d’Esprit Saint qui pourrait révéler et élargir sa conscience à une perception transcendante, mais pour le constructiviste, il n’y a que les forces imaginaires de sa pensée ou celles d’autres personnes par lesquelles notre réalité de la réalité est façonnée. Il est en réalité condamné à ne pas dépasser la conscience humaine. Philosophiquement, il devient généralement “un humaniste hypocrite, un systémicien et un franc-maçon”.

Constructivisme = Saturne

Transit Saturne Astrologie

Pixabay Public Domain / Saturn

Comme son nom l’indique, le constructivisme (Saturne = construction) est une philosophie saturnienne et, par conséquent, une philosophie et une hérésie sataniques par lesquelles l’homme construit sa propre prison à travers son mental et scelle en même temps son lien avec l’Esprit Saint. Sa perception de la réalité et de “l’unique vérité en tout” ne dépassera pas celle de son esprit dubitatif. Pour lui, il y a autant de vérités et de réalités qu’il y a d’êtres et de pensées. Il n’y a pas de mensonge ni de vérité. Tout devient relatif.

Le constructiviste considère le soleil depuis la Terre, en l’absence de l’expérience d’être le soleil.

Cette personne ne peut pas atteindre une conscience transcendante (Soleil/Neptune), car elle n’est pas prête à se taire, à se confier, à demander la guidance de Dieu et à devenir altruiste.

Domaine public / Tarot, le pendu

Sa vision du monde, et donc sa perception de la réalité, excluent d’emblée qu’il puisse participer à une conscience divine s’il réalisait en lui les attributs de Dieu (vertus). Il ferme la porte à la révélation parce qu’il veut se trouver bon tel qu’il est et qu’il est trop orgueilleux pour entrer dans le silence de la révélation en se purifiant et en se transfigurant (Poissons).

Une perception transcendante du monde (Neptune), la perception de la sphère des causes, des idées et des motifs, de la destinée intemporelle se révèle à celui qui maîtrise son esprit et fait taire son ego. C’est un homme dont l’ego ne s’identifie plus à son mental, à son intelligence et à sa capacité de penser, de reconnaître et d’interpréter, mais qui, malgré tout ce qu’il sait et a appris, est redevenu comme un petit enfant auquel le monde de Dieu peut se révéler. Il est devenu féminin et aimant, et non masculin, guidé par son intellect. Celui qui aime Dieu devient un Graal dans lequel une lumière surnaturelle de Dieu commence à briller. Une lumière qui révèle la vérité de Dieu en toute chose.

Wikipedia Domaine public
Le Saint Graal

Le véritable initié ne cherche pas à en savoir plus pour enseigner aux autres une vision plus intelligente du monde. Il n’aspire pas au pouvoir, mais veut servir Dieu dans son œuvre (Poissons). Dieu s’est révélé au véritable initié. Il commence à comprendre l’unique vérité, à travers l’unique lumière capable de tout éclairer.
La lumière qui, chez le constructiviste, ne rampe plus que faiblement et s’éteint de plus en plus, jusqu’à ce qu’il se retrouve dans les ténèbres parce que, dans son orgueil, il s’est détourné du divin pour construire la tour de Babel avec son intelligence.

Wikimedia Public Domain / Pixabay
Tour de Babel / Parlement européen