La Turquie fait le calcul sans l’économiste

R. Erdogan a le sentiment d’avoir gagné. Depuis les sanctions, la Turquie a un commerce florissant avec les Russes et se taille partout la meilleure part du gâteau.
Même ma voisine, une Russe, a rencontré sa sœur en Turquie et n’a pas pris l’avion pour la Russie. Jusqu’à présent, les oligarques russes n’avaient évidemment rien à craindre de la Turquie.

Mais aujourd’hui, la Turquie livre à l’Occident des généraux de haut rang de l’OTAN capturés lors de l’assaut sur l’aciérie d’Azovstal, en violation de l’accord passé avec V. Poutine. Contre la volonté de son ami V. Poutine, mais pour les intérêts de son pays, on laisse les Suédois entrer dans l’OTAN, bien que la Cour suprême suédoise ait déjà annoncé son opposition à l’extradition des personnes concernées vers la Turquie.

La Turquie se considère comme un vainqueur dans un marchandage où elle défend ses intérêts nationaux et les vend le plus cher possible. La Turquie pense qu’elle n’a rien à donner à l’Europe en échange ? Je me demande ce que l’Iran et la Russie en pensent à long terme.

Les promesses des hommes politiques ne comptent pas. Les Grecs se demanderont à leur tour quelle est la valeur de la parole des Américains de ne pas vendre les F16 aux Turcs. De même que les Russes regrettent d’avoir jamais cru aux promesses selon lesquelles il n’y aurait pas d’extension de l’OTAN vers l’Est.

Si aucun accord, aucune parole, aucune promesse, même les contrats ne comptent, tout le monde finit par devenir un ennemi les uns des autres. L’OTAN et l’Europe demandent à la Turquie de s’engager et la Turquie continue à se faire payer pour cela, comme elle l’a toujours fait. Les Arméniens paieront probablement aussi bientôt le prix du marchandage d’Erdogan avec l’Occident, car cela sert les intérêts de l’Occident (mot-clé : gazoducs d’Azerbaïdjan – liaison terrestre entre la Turquie et l’Azerbaïdjan).

Traité de Montreux

https://de.wikipedia.org/wiki/Vertrag_von_Montreux

La Russie, quant à elle, se demandera ce que le traité de Montreux du 20.7.1936 signifie pour elle dans les années à venir ? Le transit Pluton forme actuellement une opposition exacte au Soleil de l’horoscope du contrat. Une lutte de pouvoir s’engage entre les parties contractantes.

Traité de Montreux

“En temps de guerre, conformément à l’article 5, tous les navires marchands des États qui ne sont pas en guerre avec la Turquie sont autorisés à passer, mais ne peuvent porter assistance à un ennemi de la Turquie”.
Je me demande en effet, à propos de cette formulation, si seule la Turquie détermine qui est son ennemi, ou si les autres parties contractantes le sont également ? On ne trouve rien à ce sujet.
Supposons que l’Azerbaïdjan envahisse à nouveau l’Arménie afin d’établir une liaison terrestre au sud avec son enclave, de manière à assurer une liaison terrestre continue avec la Turquie. L’Iran déclare alors la guerre à la Turquie, comme il l’avait annoncé dans un tel cas.
Supposons que la Russie veuille alors livrer des marchandises à l’Iran via les Dardanelles avec ses navires marchands. Selon les statuts du traité, la Turquie serait obligée de refuser le passage aux navires marchands russes. Ce serait presque une déclaration de guerre à la Russie.

Vladimir Poutine comprend la stratégie de l’Occident et doit regarder le sultan tomber, tout comme il doit reconnaître que Recep Erdogan lui a clairement fait comprendre qu’il agirait comme un allié de l’OTAN en cas de problème.
Recep Erdogan se fait actuellement célébrer comme un vainqueur, mais je soupçonne qu’il a fait le calcul sans l’hôte. Il se rendra vite compte qu’en fin de compte, la Turquie devra payer un prix nettement plus élevé que ce qu’il pense avoir obtenu pour la Turquie dans ce marchandage. Il ne peut plus continuer à danser à tous les mariages. Le transit de Saturne sur son Soleil au carré de sa Lune l’a mis au pied du mur, faisant de Recep Erdogan la pierre d’achoppement de Vladimir Poutine.