Le Facteur connaît la vérité

L’autre jour, j’étais assis avec une personne que je connais et qui travaille à la poste autrichienne, un étage en dessous du conseil d’administration. Après avoir bu quelques bières, nous avons en quelque sorte abordé le sujet de la livraison des journaux. Il m’a dit que pratiquement tous les journaux autrichiens déclarent un tirage nettement supérieur à celui qu’ils vendent réellement, afin de recevoir en conséquence des aides plus importantes de l’État. Des palettes de journaux quotidiens sont détruites chaque jour par la poste. La Poste joue le jeu, car cela fait également sonner la caisse chez elle.

Cela me fait vraiment mal au cœur, car je suis un farouche opposant à toute aide à la presse depuis des décennies, et il me raconte cette histoire. Pourquoi un journal ou un autre média devrait-il recevoir une aide à la presse financée par les impôts ? Ceux qui écrivent de la merde qui n’intéresse personne devraient faire leur pain, mais cesser d’exister en tant qu’éditeur aux frais du contribuable.

En effet, s’il n’y avait pas d’aides à la presse, il est probable que la moitié des médias grand public qui, ces dernières années, se sont dressés contre les anti-vaccins en obéissant au gouvernement, n’existeraient plus depuis longtemps. Qui mord la main qui les nourrit ?
Si cette pratique est courante depuis des décennies, comme il me l’a dit, il est temps d’écrire quelques lignes à ce sujet, même si l’on ne peut pas s’attendre à ce qu’un média de référence s’en empare, car après tout, ils veulent continuer à exister à nos dépens.